Archives de Tag: Lulu

Lou Reed & Metallica – Lulu (2011)

2011 est presque écoulée, une année pas bien fameuse pour le Metal où pas mal de grands se sont cassés les dents : Megadeth et son chiant th1rt3en, Morbid Angel et son ridicule Illud Divinum Insanus sonnant comme un sous-Rob Zombie qui aurait mangé un peu de Rammstein, Devin Townsend et son atrocement long et mou Ghost (bien que la fanbase s’en lèche les babines…), et la liste peut encore continuer un petit bout de temps.

Voilà qu’il y a quelques temps, une annonce particulière avait attiré mon regard sur la page d’un webzine metal quelconque : Metallica allait collaborer avec Lou Reed (ancien chanteur des Velvet Underground) pour un concept-album… Qu’attendre d’une nouvelle pareille ? Metallica est devenu médiocre, ne sortant plus que de la merde ridicule (St.Anger, où comment dégoûter définitivement les fans en un disque) ou au mieux des disques « ok » mais quand même pas fameux (Death Magnetic, Load…), bref on est bien loin des légendaires Master of Puppets, Ride The Lightning… Lou Reed quant à lui… Bah, je ne connais pas du tout sa carrière solo, et je n’ai jamais écouté énormément les Velvet Underground (honte à moi oui), donc je m’abstiens de faire des commentaires. Toujours est-il qu’on ne savait pas à quoi s’attendre, et qu’on a pas eu de nouvelles pendant un petit bout de temps…

Puis sont venues plusieurs interviews et leur site web où Metallica et Lou Reed ne cessaient de se féliciter de Lulu, que personne n’avait jamais fait quelque chose comme ça, que c’était un hybride, un nouvel animal, une « réinvention de la roue » (je ne crée rien, tout est là dans leur site web!), Lou Reed a même été jusqu’à dire : « Ceci est la meilleure chose que j’ai jamais faite, et je l’ai fait avec le meilleur groupe que j’ai pu trouver sur cette planète. Tous ceux qui y étaient impliqués étaient honnêtes, ceci est venu au monde de façon pure. Nous avons poussé aussi loin que nous avons pu dans les limites du possible. »
Finalement, quelques semaines avant la sortie de ladite collaboration, ils ont dévoilé l’infernal « The View », des riffs ratés, un Lars Ulrich nul comme un débutant, un Lou Reed fatigué qui raconte une espèce de fable philosophique digne d’un skyblogeur de 15ans par-dessus tout ça, et Hetfield qui se prend pour un meuble Ikéa… La vidéo s’est répandue à travers le web comme une trainée de poudre, provoquant pour la plupart des gens l’hilarité et/ou la consternation.

Le public déjà conscient que l’album allait sûrement être une catastrophe n’a pas été rassuré par les informations suivantes : il comporterait deux cds, et durerait 87minutes… Et ce qui devait arriver arriva : Lulu leaka une semaine avant sa sortie officielle… Et nous l’écoutâmes… Dieu nous bénisse.

C'est qu'ils ont l'air de s'y croire.

Lulu est mauvais. Lulu est une horreur monumentale, que dis-je, une erreur intergalactique, Kirk Hammet n’avait pas menti : personne n’avait jamais pondu un truc pareil, personne n’aurait jamais osé avoir une idée aussi sotte, et l’hybride tant auto congratulé par Metaloureed relève plus d’un enfant consanguin tricéphale éructant qu’un disque de génie.

Mais pourquoi Lulu est-il si mauvais ? Tout d’abord, le concept, l’idée, la chose : Grossièrement, ce disque, c’est Lou Reed qui parle de façon ultra-monotone au-dessus de la musique produite par Metallica : les histoires qu’il raconte sont définitivement nazes, irritantes, les effets dans sa voix font penser à un vieux fou sénile, qui parfois se paye des délire cosmiques : Cheat On Me et son texte débile, Pumping blood où il crie le titre pendant un long moment comme quelqu’un qui aurait fait tomber son savon dans les douches d’Alcatraz ou encore Frustration où il répète « I want so much to hurt you » avec Lars Ulrich qui fait le clown sur ses fûts.

De temps en temps, notre ami James (Gimme Food, Gimmes Fries, Gimme salad on the sides) vient faire écho à Papy Lou. Il se contente de répéter ce que Papy vient de dire avec sa voix pop-mielleuse directement venue de (Re)-Load, et quelques fois dans le disque il se paye quelques lignes de chant bien pourries : dans le premier morceau, Monsieur s’époumone en criant « Small Town Girl! » ou raconte qu’il est une table, ce genre de chose.

Secundo, la partie instrumentale est aussi ridicule : un bassiste ? Où ça ? C’est vraiment con d’engager un gars qui sort d’Infectious Grooves pour le rendre muet comme une carpe… Deuxième gros point noir, c’est la batterie : le gus sonne comme un débutant, sérieusement, je suis sûr que n’importe quel batteur avec au moins six mois d’exercices derrière lui peut reproduire toutes les structures rythmiques de Lulu : et dire qu’il sort d’une école de musique réputée ! Les guitares sont évidemment mauvaises, si quelques idées sympas émergent, elles sont tout de suite noyées soit dans leur propre longueur, soit dans un enchaînement sans queue ni tête. Le disque vous servira un semblant de pop (la première piste, Iced Honey), une ballade débile (qui dure quand même 19minutes), un peu de Metal (The View, Mistress Dread), et Metalouca pense même avoir invité le Post-Rock! Incroyable ! Ils font trainer quelques accords de guitare inquiétants/atmosphériques, un peu de violon, et ça y est, il en faut pas plus pour que le combo s’éternise sur ces minis-trouvailles… Junior Dad et ses 19minutes se compose de quelques arpèges de guitare, et de quelques notes de violons, et bordel, ça dure 20minutes, mais de qui se moque-t-on ? D’ailleurs, voilà le point final pour justifier l’indignation totale : ce disque est d’une longueur abominable : toutes les chansons auraient pu être réduite de moitié, et dans certains cas être rabotés d’un bon 2/3, mais d’où vient ce foutu syndrome débile qui consiste à répéter dans le même titre trois fois la même chanson ?

Vous mettez le tout ensemble dans une boite, vous secouez très fort : et vous obtenez Lulu, alias l’ennui et la connerie personnifiés. Ce n’a même pas l’atout d’être marrant comme le dernier nazi-paillettes Morbid Angel , c’est juste… je sais pas… merdique, c’est aberrant de faire un truc pareil et de se féliciter sur son propre site web de la qualité, de la magnificence  de son produit. Lulu, c’est de la pure science-fiction et ils n’avaient pas menti sur toute la ligne : personne n’avait sorti quelque chose de la sorte, et j’espère que plus personne ne le fera.

La Lulu Team, pire qu'un rickroll, pire qu'un viol.

Publicités

Lou Reed & Metallica: The View (Single)

J’aurais voulu y croire. Après tout, l’idée avait le mérite d’être surprenante.

Mais, non, remettons les pieds sur terre quelques instants. J’aurais sincèrement voulu croire qu’en 2011, Metallica se serait enfin rendu compte de sa perte de crédibilité auprès des amateurs de musique et plus spécialement sa vraie fanbase (Comprenez par là que xXJérémyBossXx n’y figure pas), mais non, c’était trop demandé venant de la part du groupe le plus puissant au monde.

Une fois de plus, Metallica m’a déçu, et Metallica décevra. Tel est le constat que l’on peut en tirer ce jour-même en découvrant enfin le single entier « The View » extrait de la future collaboration entre Lou Reed et le groupe, bêtement nommée « Lulu ». Déjà, rien que le titre on a l’impression d’être pris pour des cons, je ne sais pas trop, une impression comme ça. Mettons ça sur le dos du concept, après tout, le titre n’est pas encore expliqué, du moins pas clairement. Bref, que dire ?

Les previews s’avéraient déjà fumeuses, le single en lui-même met le feu au pétrole et fait brûler les débris qui résistaient tant bien que mal à l’effet du temps. On a du mal à croire que les auteurs de cette mauvaise blague ont respectivement sorti des albums comme « Transformer » ou encore « Ride The Lightning ».
Comme d’habitude, les plus têtus tenteront tant bien que mal de se convaincre que non, c’est pas si nul, et que c’est même plutôt intéressant cette prise de risque, alors qu’au fond on est tous bien conscients que cet album sentira sûrement le sapin, mais ça c’est juste pour couvrir l’odeur déjà plus dérangeante qu’il reflète réellement.

Je ne vais cela dit pas trop m’avancer, d’une part car cet article concerne uniquement le Single, et d’autre part car personne ici n’a entendu l’album sus-cité en entier.

 

« The View » est donc une supercherie. Le problème, c’est que ce titre a été choisi comme premier Single de « Lulu ». Ce qui laisse entendre que c’est donc normalement l’un des meilleurs titres… Et là ça fait vraiment peur.
Que ce soit la performance de Metallica comme de Lou Reed, l’intégralité du titre fait peine à voir, que ce soit en terme d’inspiration comme de technique. Un mono-riff, un rythme ultra plat (Lars Ulrich strikes again !), un chant en opposition totale avec la musique proposée… La cohérence est tout simplement absente.

Lou Reed délivre une interprétation fade, sans saveur, presque fatigante et comme dit plus haut, hors de propos. Hetfield lui, se contente du minimum et supporte le titre lors des rares passages dynamiques, en nous racontant qu’il est « The Table » ( ??? ), et d’autres conneries de ce genre. Robert Trujillo, je n’en parlerais pas, tout simplement car je suis à peu près certain que lui-même n’est pas au courant qu’il joue dans Metallica, et pour Ulrich, je préfère me taire sous peine d’être grossier. Je vous invite simplement à écouter avec attention sa participation sur le dit Single, vous en tirerez vous-même la conclusion…

En attendant, depuis le début des previews, que ce soit les fans bornés ou ceux qui prennent plus de recul face à un groupe souvent polémiqué, l’ensemble des auditeurs semble désappointé et surtout en colère, la barre de Dislike sur les vidéos officielles des previews parle d’elle-même. Cela me rappelle une récente histoire, avec un groupe de Death Metal pourtant censé représenter l’apogée du genre… Héhé.

 

En résumé ? Une structure rébarbative, une technique absente, un manque d’envie flagrant, une inspiration proche du néant, décidément, Lou Reed & Metallica, c’est pas le grand amour, on se demande donc pourquoi ces deux-là ont copulé bourrés autour d’une Heineken bon marché un soir d’Hiver. Sûrement un pari stupide tiens. En attendant, pour nous les fans, il ne nous reste que les yeux pour pleurer…

Heureusement qu’on a de l’entraînement depuis 15 ans hein !

PS: Vous remarquerez que j’ai même pas fait de blague nulle du genre « Loutallica » ou « Metallouca » ou encore même « Metallilou ».