Archives de Tag: 2002

[Video-Test HD] Devil May Cry (PS2)

Devil May Cry (PS2) [2001]

C’est l’été, il fait beau, il fait chaud… et les Platypus en profitent eux aussi, d’où le manque d’activité flagrant de la part des palmipèdes ces deux précédents mois !

Mais un irréductible résiste encore et toujours à la chaleur, à savoir moi-même, et vous propose même du tout frais tout neuf ce jour-ci avec un Videotest en HD de Devil May Cry sur Playstation 2, commenté par mes soins…

Ca se regarde ici, bonne vidéo à vous !

Publicités

Star Wars: Épisode II – L’Attaque des Clones (2002)

Star Wars: Episode II – L’Attaque Des Clones (2002)

Les paris sont ouverts ! Cet épisode sera-t-il encore plus mauvais que la déjà très moyenne Menace Fantôme en son temps, ou bien la force est-elle du coté de George Lucas pour ce second opus ? La réponse est claire: non !

J’ai du voir ce film deux fois dans ma jeunesse, déjà à l’époque, je le trouvais passable et n’en avais gardé que peu de souvenirs, en le revoyant, je comprends mieux pourquoi. La mémoire sélective sûrement.
Vous avez ici l’épisode le plus cucul, le plus lent, le plus énervant de la série, et de loin selon moi.

Ne comptez pas vraiment sur d’impressionnants duels au sabrolaser ou des gunfights dignes de ce nom, car c’est encore pire qu’avant sur ce point. Le seul moment un tant soit peu intéressant dans cette océan de médiocrité n’intervient qu’aux 3/4 du film pour, heureusement, terminer sur une bonne note. Avant cela, vous devrez vous farcir une romance inintéressante entre Anakin et Padmé, les sautes d’humeur du jeune Jedi et d’interminables séquences où même Obi-Wan ne semble pas savoir ce qu’il est censé faire pour éviter le naufrage (cf: investigations sur Kamino).

L'origine des fameux Stormtroopers nous est expliquée en détails dans cet épisode.

 

Tout n’est cependant pas à jeter dans cette suite, c’est ainsi que l’on constate avec plaisir que le département scénaristique semble avoir cessé sa grève et nous offre des informations plus concrètes sur la naissance du seigneur Vador, ses motivations, et un avant-goût des choses à venir. Boba Fett nous est présenté dans son enfance, encore inoffensif bien que déjà peu recommandable, et les intentions des Siths sont plus clairement dévoilées au fil de l’intrigue. C’est donc une satisfaisante progression sur le papier, mais à l’écran, tout cela semble une fois de plus bien emmerdant.

Filmé de façon très neutre, parfois maladroite, rythmé n’importe comment et enchaînant sans gène des plans d’une effroyable médiocrité, Lucas confirme ici qu’il a perdu toute notion de Screenwriting et nous sert un repas froid au goût amer qui ne réconciliera décidément pas les amateurs de longue date. Même John Williams ne sauvera pas le navire et nous offre, à ma grande déception, une bande-son certes très bonne mais bien plus conventionnelle que ne l’était celle de La Menace Fantôme.

Cette trilogie en guise de préquelle n’arrive décidément pas à convaincre ailleurs que sur le plan visuel: si les enfants ont adoré et continueront d’adorer, passé l’effet de surprise, tout cela est très décevant et ne mérite même pas tant de lignes pour être résumé.

Akira Yamaoka – Contra: Shattered Soldier Soundtrack (2002)

AKIRA YAMAOKAContra: Shattered Soldier (2002)

C’est un travail assez surprenant et très particulier qu’aura fourni Akira Yamaoka sur la Bande-Son de Contra: Shattered Soldier (Shin Contra dans sa version originale). Absolument aucune comparaison possible avec le matériel réalisé pour une autre grande saga de Konami, à savoir Silent Hill, la soundtrack de cet épisode de Contra sorti sur Playstation 2 se base sur des gros riffs, des tempos énervés qui pulsent à fond la caisse et une brillante touche plus électro, composée en collaboration avec Sota Fujimori. Il aurait été quelque peu étonnant et déplacé de composer du Dark Ambient pour un jeu aussi sauvage que Contra, vous l’avouerez…

Le moins que l’on puisse dire, c’est que la soundtrack est à l’image du jeu : violente et addictive. De prime abord, c’est bourrin, baveux et parfois même brouillon, comme souvent jouer au jeu est recommandé pour pleinement apprécier ce qui nous est proposé, et c’est là que l’on se rend compte que Yamaoka a brillé une fois de plus. Tout à fait convaincante et extrêmement speed, la bande-son du jeu permet d’offrir un regard différent sur cet excellent compositeur qui prouve avec brio qu’il ne se limite pas seulement à son domaine de prédilection, mais sait également négocier avec aisance un virage à 180° pour un style totalement éloigné de ce qui l’a fait connaître.

A jeu Badass, compositeur Badass: pas pour rien que Yamaoka est l'un des plus reconnus du genre...

Evidemment, comme le jeu a honteusement manqué de soutien à sa sortie, peu de gens savent que Yamaoka est derrière cette soundtrack, tout comme peu de gens ont joué à cet épisode de Contra qui s’est vite imposé comme l’un de mes préférés. Moi-même d’ailleurs je n’ai su que très récemment qui en était le compositeur… La surprise fût de taille.
Certainement pas son meilleur travail, n’abusons pas tout de même, mais une bande-son de très bonne facture qui s’écoute avec plaisir. Le remix « Islands » du thème original de Contra est un bijou qui ravira les amateurs de longue date.