Archives de Catégorie: Les perles du web

Cinq clips ridicules !

Il n’y a pas si longtemps, sur ma page d’accueil Firefox, un titre d’article m’a attiré : « Ces stars qui détestent Lady Gaga ». De la part d’un site merdique comme msn.fr (ne vous inquiétez pas, ma page d’accueil est désormais notre bon vieux Google), je me demandais ce qu’ils voulaient dire par Star… Star de quoi ? Du cinéma ? Du Porno ? De la… musique ?
Cela partait en effet de cette dernière option, dommage car Lady Gaga donne du fil à retordre aux acteurs pornos avec ses clips monstrueux où elle exhibe avec plaisir chaque centimètre carré de sa personne.
Eh non, des Stars (aka des grosses putes ou enculés qui font du fric en faisant de la merde) disaient ce qu’ils pensaient de Lady Gaga… Certes,  je ne l’apprécie pas, mais dans le paysage commercial, elle est encore une des seules à sauver de l’apocalypse et de la torture anale à coup de potirons, c’était donc drôle de voir une femme aussi idiote que Katy Perry la critiquer. Selon elle, il est lamentable et peu original d’utiliser des éléments ésotériques dans ses clips pour se faire un nom… Oulalala, qu’elle est vilaine Lady Gaga de mettre un triangle avec un œil dans ses clips, et le petit pentagramme caché dans Alejandro, ouah, voilà la clé du succès…

Enfin, néanmoins, c’était amusant de lire ça venant d’une femme qui n’est capable de pondre que d’énormes bousins loin d’être originaux, surtout quand je pense à sa chanson « Firework », titre niais au possible, disant « que tu dois être toi-même, parce que tu es un feu d’artifice, et que c’est bien d’être différent »… Encore une fois, le message est bien hypocrite, quand on sait que son auteur a sûrement des faux seins, plein de maquillage et du botox plein la gueule. Mais le plus drôle là-dedans, c’est le clip… Le foutu… Clip… Bienvenu dans ce que je pense être, les cinq clips les plus ridicules de ces trois dernières années…

Katy Perry : Firework

La chanson, en gros, n’a rien de particulier, c’est juste une merdasse radiophonique banale, avec un message niais comme on peut l’entendre partout (notamment la hideuse chanson de Ke$ha, « TONIGHT WE WHO R R R RRR R »), c’est juste plat, chiant, et vite oublié… Mais avec ça, il y a un clip, un putain de clip niais comme jamais… Katy Perry, avec sa tête de chien battu qui s’époumone dans son message merdique, et dont les nibards en silicones surchauffés prennent feu et explosent au-dessus d’un balcon. On y voit une petite cancéreuse qui est dans son pieu, mais qui OSE sortir de son lit, et met les pieds dehors! Woah!
Sans compter l’obèse assise près de la piscine, qui a peur d’aller se baigner… Mais comme elle est un feu d’artifice made in China, elle va y aller : elle enlève son bikini, dévoile ses bourrelets au monde entier, et saute dans la piscine, même si Paris Hilton et les nanas populaires de son lycée sont dedans. Ce que la chanson ne dit pas, c’est que ça a créé un tremblement de terre au Japon avec tout ce qui s’ensuit.
Pour parfaire le tout, on a le droit à un homosexuel tout seul sur une banquette pour trois personnes (enfoiré!), qui pleure, mais puisque que c’est le nouvel an, il va oser embrasser un autre gars!
Ouais! Le monde il est beau , il est gentil et c’est Perry qui récolte le blé! Tout est bien qui finit bien!

Rebecca Black : Friday

Véritable phénomène sur youtube, la chanson Friday est über-connue grâce à son absolue médiocrité : une gamine de 13ans qui chante la louange du vendredi, ce jour béni où l’on attend le weekend pour « fêter, yeah » et « fêter yeah! » et aussi pour le « fun, fun, fun yeah! ». Notre amie donne aussi une leçon sur les jours de la semaine en Anglais! Professeur, chanteuse… Elle a tout pour plaire (nan je déconne).
Mais c’est pas tout, sa chanson ultra-merdique est arrivée avec un clip tout aussi drôle. On la voit effectuer toutes les actions qu’elle décrit (elle mange ses céréales, elle se réveille à 7heures, elle attend son bu…voit ses amis!). Le clip est hideux, Rebecca Black avec sa voix auto-tunée de petite catin ouzbèke est couverte de maquillage et ressemble étrangement à un furet malade. Nous avons le droit aux gosses de douze ans qui conduisent une bagnole, à la fille aux dents couvertes d’un appareil titanesque dansant dans une décapotable, à l’inimitable rappeur raté pédophile qui touche des culs de gamines pendant le refrain… Un vrai défile de merde, pire qu’une turista au Mexique, Rebecca l‘ayant bien compris, elle a décidée de retirer son clip de youtube, mais ce truc est toujours dispo en téléchargement!…
Pourtant notre amie a réitéré avec une chanson moins horrible, mais toujours aussi pourrie « My Moment »…

Attack Attack! : Stick Stickly

Des petites pédales mal baisées à mèche qui mélangent électro-emocore, on avait déjà vu… Mais des petits pédales mal baisées à mèche qui mélangent électro-emocore dans une ferme en dansant comme des crabes, c’est nouveau! Le crabcore, vague sur internet est sans doute le summum du ridicule. La chanson est particulièrement atroce : des breaks au piano-transe-gay sortis de nulle part, un chant immonde et niais que même les bisounours ils ont l’air vachement adultes à côté.
Le clip met en scène une nana assez moche qui s’aventure dans une ferme déserte en tirant des sales gueules, et un groupe de jeunes cons en jeans trop serrés avec des coupes de cheveux pourries. On a le droit à la fameuse danse du crabe pendant les riffs tr0ps dark, à la petite course à pied derrière le clavier pendant un inimitable accès de techno mal-foutue… Attack Attack! nous fournit une chorégraphie atroce, mais drôle et épique, la dernière fois qu’on avait vu quelque chose d’aussi pourri, c’était quand des épileptiques dansaient ce truc, la tectobide.

Bullet For My Valentine : Waking The Demon

Bullet For My Valentine, c’est le groupe parfait pour le Kevin qui veut emmerder ses parents avec un gars qui crie et qui est trop mélancolique au collège. Un vrai amateur de musique ne peut que se rendre compte de la médiocrité d’un groupe pareil. Les éléments sont nombreux : niaiserie, chant minable, image qui pourrit tout un genre musical, thèmes bancals, … BFMV a tout d’un groupe pour gamins, d’ailleurs il suffit de voir leur public dans les festivals pour le comprendre.
Pour s’enfoncer dans le ridicule, BFMV et son morceau Waking The Demon (au riff honteusement plagié sur Spirit In Black de Slayer) se pare d’une vidéo des plus lamentables : on y suit un jeune métalleux de merde aux cheveux gras arborant un t-shirt Iron Maiden (comme si c’était pas suffisant de salire Slayer…) qui se fait persécuter par les joueurs de foot populaires de son lycée (on est pas loin de Katy Perry là). Au menu : Kevin reçoit des boulettes de papier dans la gueule, Kevin se fait renverser un milk-shake sur la tête, Kevin se fait trainer dans la douche du vestiaire.
Kevin est vraiment maltraité… *Musique triste de chez Franklin*…
Mais notre ami a un terrible secret! Il tend un piège aux vilains garçons populaires dans la forêt, et se transforme en LOUP-GAROU! Les méchants garçons ont réveillé le démon en Kevin , et ils vont le payer vilainement cher!
Si ça c’est pas du cliché en barre vitaminée ! Une bonne tranche de rire, on dirait une parodie d’un mauvais feuilleton américain passant sur Disney Channel… Sauf qu’ils sont sérieux… Et qu’ils croient à ce qu’ils font… Alala… Rire ou pleurer ? Il va falloir décider!

Bruno Mars : Grenade

Pour finir ce petit top perso, quoi de mieux que de terminer dans la même merde avec laquelle j’ai commencé ? Bruno Mars, petit philippin vivant à Hawaï (ou une connerie du genre) se fait du succès alors qu’il est étonnamment chiant. Ses chansons sont toutes aussi connes les unes que les autres, et pourtant, elles sont là dans le maudit top 40 MTV. Sur ses pages fans, les gens disent que c’est un incroyable artiste pop aux nombreuses influences… Ah bon, bizarre, moi j’entends juste une soupe chiante et mauvaise. Enfin… J’ai écouté ses tubes (via youtube) et c’est mauvais… Just the way you are s’inscrit également dans le registre des hypocrites, The Lazy Song raconte qu’il veut rien foutre de sa journée et qu’il veut rester au lit (cool story bro’), ou Billionaire, exprimant sa soif de fric (ben c’est pas étonnant, il s’en fait du fric avec sa pop-fadasse.)
Une chanson que j’entends beaucoup à la radio (aka dans le métro ou le bus, vu que j’allume jamais la radio par moi-même), c’est Grenade. Super irritante, mal foutue avec un début trop sad de la mort pour soudainement enchainer sur un petit coup lyrique à deux sous… Le refrain hideux où il déclare à sa belle qu’il attraperait une grenade pour elle (avec des chœurs en « Yeah Yeah! ») revient tout le long de cette daubasse irritante.
Évidemment, si je parle de cette chanson, c’est tout simplement que son clip est aussi ridicule. On y voit le petit brun assis sur son pied en train de se lamenter, une photo à la main, disant qu’il l’a embrassé, mais qu’elle avait les yeux ouverts (pourquoi ils étaient ouverts ? POURQUOI ?) avant d’enchainer sur ce refrain de merde, et là, on le voit, tirant un putain de piano avec une corde dans un tunnel d’autoroute, avec un clodo qui le regarde ébahi. Les couplets se passent toujours dans cette chambre sombre avec des torrents de pluie qui tombent dehors, le petit Hawaïen se lamente comme une fillette.
Autre passage amusant : Bruno tire son piano et se fait agresser par dix mexicains en marcel blanc tatoués, Bruno pousse son putain de piano sur un pont… La conclusion, ridicule est pourtant ce que j’espère : si seulement il pouvait se jeter sous un train…

Et voilà…

Et voilà pour mon petit top de vidéos ridicules, j’en ai sûrement manquées, la musique actuelle étant une ressource inépuisable de bêtise… Si vous avez d’autres suggestions juteuses, n’hésitez pas à les faire en commentaire, qui sait ? Peut-être qu’il y a pire ? Peut-être qu’en fait le clip de Rebecca Black est magnifique à côté d’un autre truc encore plus pourri ? Je serais dès lors ravi de faire un second article pour décrire ces pièces de Série Z !

Lire la suite

Publicités

Transformers 3 : Quand Hollywood te prend pour un con.

Paraît que mettre des nichons dans un film suffit à faire son succès aujourd'hui. Rosie Huntington-Whiteley, héroïne de Transformers 3, devrait donc m'assurer un succès inouï !

Ce n’est pas neuf, Hollywood et ses grands producteurs ont toujours surfé sur les tendances actuelles et les désirs du grand public. Depuis la sortie en salles du Blockbuster « Avatar », qui je le rappelle, est le plus gros carton du septième art en terme de places vendues, la 3D est à la mode et désormais, on en use, on en abuse, sans vraiment en saisir tout l’intérêt.
Les productions sont variées, que ce soit le dernier Pixar ou la niaiserie Saw 7, en passant même par Jackass, porter des lunettes rétros rappelant amèrement les années 80 semble être le passe-temps préféré du cinéphile moyen et peu regardant sur la qualité. Après tout, il faut le comprendre, il en prendra plein la vue, et ça en 2011 c’est devenu plus important qu’un jeu d’acteur irréprochable ou la moindre once d’originalité…
Le cinéma n’est pas le seul touché, les jeux-vidéos en pâtissent également et le rétro-gaming connaît une soudaine once d’intérêt chez beaucoup de joueurs. Enfin, on s’écarte du sujet de base.

Hollywood nous prend pour des cons mes amis, voilà ce que je veux vous dire. Vous n’êtes pas convaincus ? Décidément, vous êtes des durs à cuire. Ça tombe bien, moi aussi, et j’ai de l’artillerie lourde rien que pour vous, visez un peu ça :

Alors, on fait moins les malins d’un coup hein.
Transformers, la trilogie cinématographique préférée de Kévin et Dylan, fièrement portée à l’écran par le talentueux Michael Bay, directeur de tueries comme « Rock », « Bad Boys II » ou encore le fantastique remake de « A Nightmare On Elm Street » engrange des millions de dollars, tellement que monsieur Bay doit même se torcher par liasses de billets de 500 tellement ses poches débordent.

Summum de la flemmardise, le montage proprement scandaleux du troisième volet de « La Revanche des Clios » contient carrément deux plans strictement identiques au détail près provenant du film « The Island », sorti en… 2005. L’industrie du cinéma est-elle tellement préoccupée par l’écologie que pour elle aussi, le recyclage est devenu un réflexe ?

Vous savez ce qui vous reste à faire chers lecteurs, garder un semblant d’intégrité et boycotter ce genre de productions destinées à la masse, ou bien vous laisser doucement berner, et vous voir servir à l’avenir un bon gros plat de navets à la place de votre habituelle entrecôte saignante.

Moi j’ai vite fait mon choix.

C’est c’ui qui dit qu’y est

Avant de partir en vacances, le fromage a envie de repartir en croisade avec un nouveau coup de gueule.  En effet, il y a de ça une dizaine de jours environ, je suis tombé, fort par hasard, sur un spot télé de la Sécurité Routière. Hasard d’autant plus improbable que mon temps passé devant le petit écran est pour ainsi dire réduit à peau de chagrin ces dernières années. Ne me demandez pas pourquoi, vous le savez.

Bref, je tombe sur ce spot, et j’en ressors consterné. Comme si le gouvernement ne s’était pas encore suffisamment couvert de ridicule avec la campagne sur Hadopi (putain, j’en ris encore).  Faut croire qu’il lui restait encore un peu de potentiel comique, puisque voici… ÇA (regardez, on en reparle juste après) :

C’est bon, vous avez perdu quarante-sept secondes de votre vie ? Voilà, je n’ai pas grand-chose à ajouter, ce billet touche déjà probablement presque à sa fin. Pour faire court, j’ai réellement cru que ce spot de prévention était en fait une vraie pub pour une marque de voiture, qui jouerait sur le registre comique, en brocardant gentiment la tendance que le conducteur français a à s’énerver après la putain de Mercedes immatriculée allemande qui lui barre la route vers Palavas à chaque mois de juillet.
Je vais pas passer chaque détail en revue, mais un ou deux visionnages suffisent pour se rendre compte du grotesque de la chose. Car c’est bien connu, les Ford Fiesta vont jusqu’à 260 km/heure. C’est connu aussi qu’il suffit au client moyen de s’installer à bord d’une voiture chez un concessionnaire, manipuler le levier de vitesse et les pédales dans des craquements indignes de la bande-son de La Famille Adams pour être convaincu et l’acheter. « Allez, Germaine, monte ! » Sans parler du regard culpabilisant totalement hors de propos de Mme Chauffard et de ses deux marmots.

Bref, moi qui suis pourtant sensible à ce sujet qu’est la Sécurité Routière, ayant été victime d’un accident de voiture (sans gravité cependant), je trouve le parti pris de cette pub nul. Faire culpabiliser des millions d’automobilistes comme ça, c’est purement naze. Les précédentes campagnes de sécurité routière, dans un registre plus choquant, avaient au moins le mérite de marquer et d’interpeller. Mes collègues ne seront peut-être pas d’accord avec moi (qu’ils crèvent violés par des gibons tétaniques), mais pour le coup, je trouve ça purement à gerber.  Enfin merde, si on peut plus klaxonner ou insulter son prochain au volant…  alors, les gens dangereux, ça serait sans doute plutôt les Sarko & co qui roulent en Vel Satis à des vitesses improbables, et sans amendes, hein, faut pas déconner. Bref, c’est c’ui qui dut qu’yest (à pub de merde, conclusion de merde).

The BBQ Pit Boys : Dieu existe et c’est un barbecue

Ma puissance d’investigation culinaire m’a un jour amené à une conclusion toute bête : la meilleure cuisine du monde, c’est pas la française, certainement pas l’anglaise (qui irait penser une chose pareille ?) mais bien l’américaine, fallait pas chercher plus loin. Une telle assertion demande évidemment une preuve en béton. La preuve universelle, la voilà : les BBQ Pit Boys. Imaginez une bande de « pit masters », des maîtres du barbecue, enchaîner les recettes divines à base de viande, de viande et de viande dans une orgie de sauce barbecue. Les bonshommes font tout ça en vidéo expliquées de la voix « la plus mâle qui soit » sur fond de musique country et disposent d’un channel YouTube auquel j’ai évidemment déjà souscris.

Une petite sélection pour le moment, je reviendrai bien sûr plus largement sur l’épique sujet avec moult analyses et critiques desdites recettes.

 

The Bacon Bomb

Peut-être la recette la plus impressionnante. Imaginez une bonne épaisseur de viande hachée enroulée sur elle-même autour d’un coeur de fromage râpé et légumes divers, puis enveloppée d’une véritable cotte de mailles faite en bacon ! Généreusement imbibée de sauce barbecue, l’engin finit par surcuire pendant trois heures et ressort complètement noir et carbonisé dans toute sa magnificence gustative.

 

Bacon Cheeseburger Deluxe

Les BBQ Pit Boys semblent n’avoir aucune conscience de la hauteur maximale qu’un hamburger puisse avoir avant de devenir simplement immangeable. Mais on les pardonne tant ces chapiteaux de viande dégoulinants de graisse et de sauce semblent divins.

 

Le site des BBQ Pit Boys :

http://www.bbqpitboys.com/

Hadopi, en route pour la parodie !

Méchants pirates ! Nathan ne pourra jamais sortir "Tue-moi à gage", "Tue-moi à gage la revanche" et "Tue-moi à gage le retour" à cause de vous !

Hadopi n’en finit plus de nous faire rire, nous consterner, et ce depuis pas loin de deux ans.

 
Un nouveau cap dans la comédie s’apprête à être franchi dès Lundi prochain, avec le lancement officiel de la nouvelle campagne publicitaire de ladite loi, qui croyez-moi, n’est pas prêt de s’arrêter en si bon chemin.

 

 

On y admire en haute-définition le rejet typique de la société de consommation, produit formaté, insupportable, et vomitif que toute personne saine d’esprit se doit de conspuer. Emma Leprince, chanteuse fictive, est la révélation musicale de l’année 2022, ses influences vont de Voltaire à DJ Fritas, c’est à dire qu’elle sait aussi bien se contenter d’un Leader Price que du meilleur restaurant 5 étoiles, belle preuve d’éclectisme.

Le problème c’est qu’à force de télécharger, Emma Leprince ne pourra jamais sortir son single « I Prefer Your Clone » et jouer dans des bars « Undegwaound », autant dire qu’elle ne vivra jamais de sa musique.

 

Bon. Je crois que vous savez tous ce qu’il vous reste à faire. Faites chauffer les torrents et les boards de Warez, on a encore un peu d’espoir. D’un seul coup, je culpabilise beaucoup d’avoir téléchargé la discographie entière de Metallica moi.