Commandos : Derrière les Lignes Ennemies

Après les trois incursions du collègue Evilman dans l’univers de Georges Lucas, on continue dans une veine vidéoludique avec Commandos : Derrière les Lignes Ennemies, que je viens de terminer. Laissez-moi vous dire que je suis épuisé !

De quoi ça parle ?

Pas besoin de grand-chose pour vous parler du background historique de Commandos, vous vous en doutez déjà. Je vous donnerais juste ces 8 chiffres bien connus : 1939 – 1945.  Le IIIe Reich a envahi l’Europe et étend sa domination partout.  L’Empire du taré moustachu est immense, les rosbifs résistent, la France lève le bras droit sans se poser de questions (j’entends déjà d’ici une bonne cinquantaine de millions de français me rétorquer « Non, mon grand-père était résistant ! », oui oui c’est ça Henrich, ça avance ta LV2 allemand ?). Mais un officier anglais décide de monter un petit groupe d’hommes prêts à tout, surentraînés et capable de s’infiltrer derrière les lignes ennemies (nous y voilà) pour effectuer des opérations de sabotage.

L’histoire de ces hommes nous est contée à travers plusieurs épisodes espacés dans le temps : pas de continuité dans l’histoire donc, mais une série de missions sans liens les unes avec les autres. Rassurez-vous, chaque mission est très bien contextualisée et datée grâce à un briefing détaillé.

C’est bien / c’est pas bien ? Pourquoi ?

Alors, tu l'as bien senti mon gros harpon, sale boche ?

On peut décrire Commandos, au sens strict, comme un jeu de stratégie en temps réel.Mais ici, pas question de collecter ressources pour rassembler une armée et partir à l’assaut de l’envahisseur allemand. Non. Après le briefing, au début de chaque mission, vous disposez de 2 à 6 de vos hommes pour remplir vos objectifs. Ni plus ni moins. Pas question donc de foncer dans le tas, de tirer sur tout ce qui bouge, pour espérer l’emporter. N’essayez même pas, ça ne marche pas. Il s’agit d’agir le plus discrètement possible, d’éliminer un garde après l’autre, de planquer les cadavres hors de la vue des patrouilles, et surtout de bien préparer votre fuite une fois l’objectif atteint.

Plus concrètement, vous contrôlez vos hommes à la souris, à la troisième personne sur une map fixe (comprenez par là qu’il n’est pas possible de voir la map sous un autre angle, même si vous pouvez zoomer / dézoomer, ou diviser l’écran pour surveiller plusieurs endroits à la fin).  Le menu vous propose une mini map avec quelques conseils, des commandes diverses que je vais détailler dans une minute, et les photos de vos hommes avec leurs barres de vie, pour toujours garder un œil sur l’état et la composition de votre équipe.
Chacun de vos six hommes a sa spécialité, je vais les passer en revue. La fine équipe (jamais au complet d’ailleurs, sauf lors de la mission finale) comprend donc le bérêt vert, sorte d’assassin d’élite discret (disons-le tout net, c’est sans doute lui l’homme le plus utile du jeu), un chauffeur spécialisé en véhicules terrestres et armes lourdes, un sniper pratique pour éliminer les ennemis haut perchés, un espion qui peut voler un uniforme allemand pour pénétrer sans risque au cœur des bases allemandes, un nageur de combat capable de plonger sous l’eau et de piloter divers véhicules marins, et enfin, un artificier spécialiste en explosifs.
Chaque membre de l’équipe dispose donc de son propre équipement (qui varie selon les missions) ; lorsque vous sélectionnez un homme, son paquetage en bas à droite affiche les différents outils dont il dispose. Ainsi le couteau du béret vert est-il très utile pour éliminer silencieusement les gardes,  les grenades de l’artificier mettent à bas les tanks et autres véhicules…

En bas à droite, l'équipement du sniper. Plus haut, la mini map, en haut à gauche, les membres de votre équipe. Notez aussi l'oeil à droite qui permet de visualiser le champ de vision d'un ennemi. Une fonction indispensable.

Et là on touche à un point intéressant du jeu, à savoir sa richesse. En effet, comme je disais plus haut, pas question de bourriner. Mais le jeu ne se veut pas dirigiste pour autant : il y a souvent de nombreuses méthodes pour éliminer tel garde gênant ou parvenir à atteindre tel coin de la map. Par exemple, pour éliminer un garde en patrouille, vous pouvez aussi bien aller le poignarder dès qu’il vous aura tourné le dos, loger une balle de sniper dans son crâne, poser un piège (que détient l’artificier) sur son trajet ou même l’attirer dans un lieu à l’abri des regards pour une petite fusillade privée. Très souvent d’ailleurs, le plan que vous aurez méticuleusement mis au point risque de se solder par un hic imprévu, et vous aurez à improviser, pour un résultat plus ou moins heureux. Bien des fois, en voulant assassiner un garde A, il m’est arrivé de me faire repérer sans le vouloir par un garde B, qui venait donc voir ce qui se passait et me laissait l’opportunité de l’éliminer. Je laissais donc tomber mon plan et le tuait en quelques clics improvisés.  En tous cas, que vous soyez partisan de improvisation ou de plans millimétrés (le jeu vous fera alterner les deux de toutes façons) chaque mission se résout très progressivement, un pas après l’autre, en tuant les allemands un à un et en sauvegardant régulièrement.
Autre aspect qui fait toute la richesse du jeu, c’est la synchronisation entre vos hommes qui est absolument indispensable. En effet, s’ils ne sont pas tous aussi utiles en fonction des situations, ils n’en demeurent pas moins tous indispensables à la réussite de la mission. Je prends l’exemple de l’artificier : son piège, bien que silencieux, n’est pas toujours recommandable pour éliminer les sentinelles, dont le corps risque d’être découvert. Corps qu’il ne peut pas transporter en plus de ça (seuls le béret vert et l’espion en sont capables) En revanche, c’est grâce à lui que vous allez pouvoir atteindre les objectifs proprement dits grâce à ses explosifs. Sans lui, impossible de finir la mission ! Le chauffeur, lui aussi, ne dispose d’aucune arme silencieuse, le reléguant au rôle de figurant pendant 90% des missions. Mais croyez-moi, quand il s’agira de s’enfuir en camion sous le feu nourri des allemands une fois l’objectif ennemi détruit, vous allez le trouver sacrément utile ! Les fin de missions mettent vraiment cette synchronisation en valeur. Ce sont aussi souvent les passages les plus difficiles du jeu. Tout peut s’écrouler si vos hommes ne sont pas à leur place au moment où vous faites sauter tel bâtiment ennemi.

Des environnement superbes et variés, avec parfois de GROS objectifs à détruire (ici, ni plus ni moins qu'une réplique du célèbre Bismarck) !

Car oui, il s’agit bien d’un jeu authentiquement difficile. Les vingt missions sont dans leur majorité très ardues, et nécessiteront de votre part réflexion, talent et timings très serrés. Croyez-moi, assassiner tel ou tel garde est parfois calculé à la seconde près. L’I.A est souvent retorse, parfois trop (parfois très conne aussi), mais dans l’ensemble c’est assez réaliste. Le summum de la frustration étant quand vous sauvegardez, vous croyant en sécurité, et que ces connards de gardes vous repèrent juste après, condamnant ainsi votre précieuse sauvegarde. Un conseil donc : utilisez deux fichiers de sauvegarde.
Mais cela ne doit en rien éclipser les qualités de ce jeu. L’ambiance est bien là, les décors sont léchés, les maps souvent grandes, l’immersion au top, les tripes se serrent au moment de sortir de votre planque pour tenter une action. Les décors sont également variés : de la Norvège à l’Afrique du Nord en passant par la France, les vingt missions vous font voir du pays.  Les objectifs ont peut-être tendance à un peu se ressembler (grosso modo, il s’agit toujours de détruire des structures ennemies, que ce soit un QG, une station radar, des avions et j’en passe) mais finir chaque mission est tellement gratifiant et spectaculaire qu’on passe l’éponge sur cet aspect légèrement routinier. De plus, on a droit à quelques cinématiques composées d’images d’époque, rien de tel pour se plonger encore plus dans l’atmosphère de la seconde guerre mondiale ! On sent que le soft a été réalisé par des passionnés d’histoire, tout le jeu transpire de cette recherche d’authenticité et de cette volonté de plonger le joueur au cœur de l’enjeu dramatique des missions.

Côté points noirs, citons en premier l’aspect sonore : la musique inexistante et la voix des Commandos risquent fort de vous pousser à couper le son du jeu et à écouter votre propre bande-son tout en jouant. Citons aussi une conduite des véhicules assez déplorables, avec son lot de collisions hideuses autant qu’inexpliquées,  c’est horriblement énervant. Vos hommes peuvent s’avérer con et le pathfinding est également parfois défaillant. Avec un jeu moins dur, cela aurait pu passer, mais dans Commandos, où vous n’avez pour ainsi dire pas le droit à l’erreur, ça passe mal, très mal !

Il s’agit donc d’un très bon jeu, ultra-immersif et à la jouabilité aux petits oignons (le temps d’apprendre quelques raccourcis claviers, et vos hommes vous répondront au doigt et à l’œil !), unique en son genre (pour une fois que WW2 ne rime pas avec fusillades sans fin), réservant plein de surprises et de challenge au joueur. C’est pas pour tout le monde, vous êtes prévenus. Et même si vous vous sentez d’aller jusqu’au bout, vos nerfs n’en ressortiront pas indemnes, parole ! Je suis moi-même à bout de nerfs au moment d’écrire cette review, maso comme je me suis, je me suis d’ores et déjà lancé à l’assaut de l’extension ! COMIN’ RIGHT OVER SIR !

Mon béret vert est repéré ! Notez également mon espion, en bas, en train de détourner l'attention d'un soldat ennemi.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :