Very Bad Trip II (2011)

The Wolfpack Is Back…

La meute est de retour : leurs déboires alcoolisés en 2009 avaient eu du succès : 275,156,197$ au box-office américain par exemple.
Film lancé en Europe au début de l’été, c’était la bonne approche pour du succès : un film pas prise de tête sur des amis en voyage à Las Vegas pour enterrer la vie de garçon de leur pote, Doug, qui va bientôt se marier. Les personnages étaient donc évidemment tous des gros stéréotypes. Doug, le futur marié sympa; Stu, le dentiste intello chochotte en temps normal qui fait plein de conneries quand il est bourré; Phil, le prof je-m’en-foutiste bien cool qui gère la situation et finalement Alan, le gars bizarre vraiment bizarre qui fait des remarques suspectes et des conneries toutes les trois secondes.
Le Concept est le suivant : ils vont à LV pour se foutre une cuite, ils se réveillent le lendemain, pas de souvenirs, Doug a disparu, la chambre est dans un immense bordel, Stu a perdu une dent, il y a un tigre dans la salle-de-bain… Ils doivent donc retrouver le personnage manquant avant le mariage au travers de plusieurs rebondissements loufoques dans le but de recréer la soirée oubliée, ils vont finalement y arriver in extremis et arriver dix minutes en retard au mariage.

Vous prenez les mêmes…

«Bangkok has them now » prône l’affiche, où l’on y voit Stu tatoué, Alan la tête rasée et Phil allongé par terre l’air désabusé…
Le film ne vous donnera aucune surprise : à part le cadre et le marié qui changent, tout est presque identique au premier film. On y retrouve même l’asiatique chiant et racoleur du premier film, sans doute le personnage le moins drôle du premier, et aussi le moins drôle du deuxième.

Stu va se marier avec une Thaïlandaise (j’ai oublié son nom, et les crédits du film la mentionne en « Stu’s fiancee » donc ça ne m’aide pas) et amène ses amis sur place. Dentiste poule-mouillée de formation, le futur marié introduit le film en disant qu’il ne veut pas de grosse fête, provoquant la colère de Phil tandis que Doug demande à Stu d’inviter Alan malgré ses réticences…
Tout le monde embarque donc en direction de l’Asie. Le film commence réellement à ce moment : Alan va rencontrer le frère de la mariée, cumulant crise de jalousie et comportement stupide…

Une fois sur place, après une réception où le beau-père de Stu se moque de lui et où Alan fait un discours stupide (ça ne vous rappelle pas le discours sur le toit de l’immeuble dans le premier ? Moi si), nos hommes vont partir sur la plage « pour boire deux-trois bières » et ils vont se réveiller dans une chambre miteuse en plein Bangkok, avec un singe, des tatouages, l’asiat’ chiant, et Ô malheur, pas de signes du gentil Thaïlandais servant de beau-frère à Stu, ni de Doug, mis sur le banc de touche encore une fois…

Here we go…

Je l’affirme encore une fois : ce deux films sont presque les-mêmes. Non seulement, le concept est identique, mais la trame l’est aussi. Tous les évènements du premier film se retrouvent légèrement modifiés dans le deuxième.
Jugez plutôt : enterrement de vie de garçon virant à la catastrophe. Ils se réveillent avec la gueule de bois et une perte de mémoire. Ils ont perdu un des gars, ils trouvent un animal, ils sont tous amochés à des degrés divers… Et ainsi de suite. Je ne vais pas spoiler pour ceux qui n’auraient pas vu le premier, mais pour les autres : le film suit EXACTEMENT le même chemin à quelques bifurcations près…

La meute, prête à se taper des centaines de bières.

Et le plaisir là-dedans ?

Sa redondance en fait un film évidemment moins bien que le premier, mais toujours un peu au-dessus des comédies américaines récentes. Oui, ce film sympathique profite de la médiocrité actuelle pour se tailler un nom dans les « comédies cultes », oui ce film est un plagiat scénaristique du premier, qui malgré les nouvelles blagues suit la même trame, l’effet de surprise est désormais inexistant. Mais si vous aimez le premier, difficile de ne pas retomber sous le charme un minimum, le film est toujours drôle, les personnages toujours attachants, on suit l’aventure avec un plaisir moindre, mais avec plaisir quand même, et s’il ne provoque pas l’hilarité, difficile de ne pas être amusé de la prestation.

It happened again!!!

Very Bad Trip II n’est pas fondamentalement mauvais, les fans du premier l’apprécieront. Ce n’est certainement pas un film énorme, il a beaucoup de défauts, notamment ceux cités tout le long de l’article. Mais comme toute bonne comédie grasse et grossière, elle saura s’apprécier avec des potes, une mousse à la main, ou pour un petit moment de détente cérébrale entre un Kubrick et un Lars Von Trier. Evitez de regarder ça tout seul devant votre pc, de partir avec un esprit critique : Very Bad Trip II n’est qu’une comédie, pas extraordinaire, qui fonctionne avec des grosses ficelles, mais qui fonctionne quand-même…

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :